Fin 2021 en France, situation(s) et perspectives – face à la fascisation en marche (galopante)

Quelques mois après l’élection des LREM en France, Présidence et Assemblée Nationale, nous l’avons écrit ici : avec les LREM, nous avions à faire à un dévoilement d’une extrême droite, économique, pragmatique, qui était au pouvoir, qui est au pouvoir, en France et, hélas, ailleurs en Europe aussi. Les LREM n’ont pas cessé de promouvoir des obsessions et des mensonges de l’extrême-droite, pour se cacher derrière. Ils ont pouponné des monstres, idiots “utiles” ou véritables dangers (les milices de l’extrême droite qui passent leur temps à se former à l’usage des armes, sous l’oeil bienveillant d’une néo police pétainiste et de militaires de tout rang). Les monstres LREM sont eux-mêmes nés de la “sociale-démocratie” française, avec le PS, dont les dirigeants sont responsables des choix désastreux et scandaleux du quinquennat Hollande. Depuis 2002, la France subit une omniprésence du néo fascisme français. Ce que Mitterrand a soutenu au début des années 80 a fini par devenir un pan de la vie politique en France : des admirateurs du Pétainisme et du Nazisme sont devenus des “notables”, qui ont toutes les portes ouvertes, à commencer par celles des plus hautes fonctions de l’administration. Depuis 20 ans, les décisions politiques sont devenues systématiquement défavorables aux travailleurs, attaquent ceux-ci, que ce soit au travail ou au chômage. La période de “pandémie” a été mise à profit par cette extrême droite pour s’attaquer aux droits civiques, dans des proportions jamais vues. Le quinquennat Macroniste qui se termine aura été l’un des pires de l’Histoire de France. Evidemment, nous, Communistes marxistes-léninistes, rien de tout cela ne nous surprend. Là où la Bourgeoisie domine, les travailleurs souffrent. Et la Bourgeoisie en France existe dans une proportion très et trop élevée. Ses discours ultra-violents lui viennent du fait qu’elle se sent pousser des ailes : une résistance en France, fantomatique, écrasée, virtuelle, simulée, des soutiens actifs avec l’UE en vaisseau-amiral du torpillage des revenus et des droits. L’UE continue d’être le tabou français, notamment par l’action des Trotskystes qui, tels des chrétiens, n’attendent que le grand soir de la fin des Temps – et en attendant, affirment que cela ne ne sert à rien de sortir de l’UE, sans et sortir du capitalisme (ce que nous disons, oui), et sans que le monde entier ne sorte du capitalisme (attendre que le monde entier fasse la Révolution en même temps relève de cette croyance et folie, religieuse). Toutes les mobilisations en sont impactées. De son côté, la CGT est tétanisée. Quant au PCF, il mène une opération UPR, en essayant d’associer “les deux rives”, plutôt que de se consacrer à être dans le dialogue constant et profond avec les travailleurs. Les forces de la Résistance actuelle sont entravées et sont empoisonnées par l’entrisme de l’extrême droite, alors que nous devons l’affronter puisqu’elle est déjà au pouvoir. Cet entrisme joue un rôle dans l’affaiblissement des mobilisations des samedi, contre le “pass sanitaire”.

Conclusion provisoire : la situation française est très grave, dangereuse. Demain, l’UNEDIC va devoir mettre en oeuvre des décisions imposées par un gouvernement hyper autoritaire concernant l’assurance chômage. Le décret officiel a été publié seulement aujourd’hui, afin d’empêcher les OS de saisir le Conseil d’Etat, ce qu’elles avaient fait avec succès, puisque cette institution avait bloqué une des dimensions essentielles de cette contre-réforme anti-travailleurs, le nouveau mode de calcul de l’indice journalier. La Bourgeoisie augmente la paupérisation en France. Et elle veut continuer, aller plus loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *