Commune de Paris, Terreur de la Semaine Sanglante Bourgeoise : des “descendants” de ceux qui en 1871 se sont opposés à l’organisation des Communards disent leur rendre hommage, alors qu’ils continuent de soutenir la désorganisation des prolétaires

Sur ce site, vous trouvez ce texte “Le 21 mai 1871 débutait la semaine sanglante” : https://rebellyon.info/Le-21-mai-1871-debutait-la-Semaine-18833

Dans ce texte, vous pouvez lire : ” Le Conseil de la Commune, qui est en train de juger Cluseret, ancien délégué à la guerre tombé en disgrâce pour incompétence ; n’envoie aucun renfort, malgré la demande qu’avait formulée le général Dombrowski, qui commande le secteur. (…) Au matin, les versaillais occupent les 15e et 16e arrondissements. Le reste de Paris apprend enfin la nouvelle par une affiche signée de Charles Delescluze, délégué à la Guerre. À la suite de cette proclamation, une grande partie des combattants de la Commune se replie dans leurs quartiers pour les défendre, abandonnant toute lutte coordonnée et rendant impossible toute contre-attaque pour repousser les versaillais.

En effet, il ne faut pas oublier que dans ce genre de situation, l’ennemi n’est pas seulement extérieur, mais peut sembler être l’un des nôtres, un de ceux qui va défendre, par dogme “anarchiste”, l’absence d’une organisation “de fer”, pour faire face à des massacreurs. Et c’est ce qui s’est passé. Et la Commune de Paris, au lieu de vaincre, a été massacrée. C’est la Terreur blanche, celle qui ne dit pas ce et son nom, celle que les manuels d’Histoire n’appellent pas, encore, ainsi, et c’est l’une des pires de l’Histoire : 30000 morts en une semaine ! Les accusés de la “Terreur” de 93/94 sont des enfants de choeur à côté de ces Hyènes de la Bourgeoisie, dont nous voyons aujourd’hui les mêmes visages avec d’autres noms. Certains ont la “mystique” de la défaite, censée prouver leur “bonté”, d’autres, celle de la nécessaire victoire, par l”assassinat des prolétaires. Et, ensemble, ce sont les mêmes qui insultent les Bolchéviques d’avoir, en 1917, pris l’autre chemin : la victoire pour les prolétaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *