Les “insurgés permanents” de “Lundi matin”, embedded par l’OTAN et/ou le Mossad, pour une piètre leçon contre “Le Média” à propos de la Syrie ?

Les rédacteurs de “Lundi Matin”, chaque semaine, vaticinent. Ce sont des “oracles”. Ils donnent, à toutes et tous, des leçons d’insurrection, de révolution. Ils peuvent écrire des textes informés et pertinents. Ils peuvent. Ou alors, ils se vautrent, comme dans “Le média sur la Syrie : le naufrage du “journalisme alternatif”. Il est toujours fascinant d’entendre et de voir des agents être capables d’une auto-conscience, et de parler d’eux-mêmes, quand ils prétendent parler des autres. C’est à cette adresse que vous trouverez ce naufrage. Déjà, cela sent fort son texte franco-français, avec, nécessairement, le ton méprisant qui va à des consciences supérieures : le blogueur libanais ne saurait pas placer une région proche de Damas, sur une carte. Ce blogueur aurait rappelé que ce que nous appelons ici “information” est en fait une construction, et qu’en l’espèce, la construction serait tellement artificielle et trompeuse, qu’il y aurait de la propagande, des deux côtés. A peine ont-ils rappelé que ce blogueur renvoyait dos à dos des propagandistes que les auteurs de ce naufrage s’y engagent, avec un cumul/bombardement de mises en cause de droits humains : “Seulement voilà, viols, exécutions de masse, torture systématique des civils, bombardement des hôpitaux, usage des armes chimiques, siège, destruction de villes entières, déplacement de populations, tout ceci est abondamment documenté par les ONG, les journalistes de guerre, les chercheurs de terrain, les activistes et les dizaines de milliers de témoignages recueillis auprès des réfugiés syriens, faisant ainsi de ce conflit le plus documenté au monde“. En somme, le niveau de la réponse de “Lundi Matin” est “l’évidence” : enfin, il y aurait donc, des viols, des exécutions de masse, la torture systématique des civils, etc, et ce sont des dizaines de milliers de témoignages recueillis auprès de “réfugiés syriens”. Dizaines de milliers ? ! A l’époque d’Internet, des Tubes, on sait qu’il y a des “témoignages”, mais des dizaines de milliers – c’est qu’il faut frapper fort, surtout l’imagination branlante du citoyen qui ne veut pas savoir mais seulement “être frappé”. Quid des “témoignages” d’ex terroristes islamistes (ex ou pas), de leurs familles, amis, quid des “témoignages” des organisations financées par les Etats-Unis ou le régime israëlien ? Evidemment, pour “Lundi Matin”, tout cela n’existe pas… “Il semblerait que le qualificatif de « dictateur sanguinaire qui massacre son peuple » soit plus qu’une vue rhétorique pour Bachar el Assad qui, nous le rappelons, est responsable, selon plusieurs organismes, de plus de 90% des morts en Syrie depuis le début du conflit.“. Il y a deux camps, et une pluralité d’organisations, d’agents : selon les naufragés, Assad serait le responsable de 90% des morts. Il va de soi que le dirigeant syrien a VOULU cette guerre, et donc, qu’il est aussi quasi totalement responsable, LUI, et LUI SEUL, de ces milliers de morts. Et ce sont eux qui donnent des leçons de sérieux à Claude El Khal. Au passage, une petite menace : négation de crimes de guerre. Etablis par quelle autorité ? “Lundi matin” a déjà fait le procès du blogueur, d’Assad et de ses soutiens. Rassurez-vous, le naufrage n’est pas terminé, il a fallu du temps au Titanic pour atteindre le fond : “Ce que M. el Khal oublie de dire — ou qu’il ignore — cependant, c’est que beaucoup de ces images nous proviennent de journalistes de guerre”. Quels journalistes de guerre ? Des indépendants ou des vendus ? Parce que nous en avons connu et nous en connaissons encore, de ces falsificateurs, qui se voient fournir des “informations” et des “données”, par l’OTAN, la CIA et autres saloperies; qui truquent les “informations”, les “reportages”. Et de citer “l’AFP” dont la crédibilité est pourtant désormais proche de zéro ! Mais voilà, ils ont la solution “Concernant la véracité des images, il suffit de recouper, d’analyser, d’user de logiciels dédiés, de faire un travail de journaliste en somme“. Pour des individus d’une telle suffisance, oui, “il suffit” – et on voit leur résultat. On sait donc que pour faire un vrai et sérieux travail journalistique, il faut faire beaucoup plus que ce qu’ils nous “conseillent”. Ils sont tellement sérieux qu’ils vous conseillent “Google Images” (ah, ces révolutionnaires du dimanche !), comme si cet outil totalement sous le contrôle des Etats-Unis ne pouvait pas, lui aussi, transporté des images truquées, bidonnées ? ! Et pour valider leur affirmation, ils osent imposer un argument d’autorité avec le travail de Capa ! Ceux-là, ce sont des champions quand il s’agit de prendre leurs interlocuteurs pour des imbéciles – sauf si, évidemment, eux-mêmes… Enfin, ils viennent à leur sujet, avec la comparaison des tirs et bombardements émis par chacun des camps : évidemment, du côté de l’Etat syrien et de ses alliés, ils seraient massifs, alors que ceux des Ghoutaïstes et autres “rebelles”, ce seraient des piqures de moustiques. Ne serait-ce pas là par hasard une “négation de crimes de guerre” ? ! Et, avec eux, le pire est toujours à venir. Ils osent comparer cette situation, sa perception, son analyse, à “Ne croirait-on pas entendre un commentateur de la Commune de Paris s’offusquer de l’exécution de l’archevêque de Paris quand les armées de Thiers massacraient entre 5 700 et 7 400 communards et en déportait 5000 autres en Nouvelle-Calédonie“. Ils comparent les Communards, motivés par un projet d’émancipation humaine générale, avec ces “rebelles” que tous les Syriens, encore vivants, ont vu à l’oeuvre à travers tout le pays, ils osent également comparer la situation totalement déséquilibrée entre ces Communards, face aux Versaillais, avec celle de ces “rebelles” face à ce régime, quand la Commune de Paris a été écrasée en trois mois, alors que cette guerre civile ET guerre internationale dure depuis plusieurs années. Curieux Etat syrien “versaillais” qui a perdu des dizaines de milliers de soldats, hommes et femmes, face à des assassins, de Daesh, Al Nosra, etc, lesquels ont également envoyé en France faire commettre des attentats désormais connus de tous, avec, le Bataclan, etc. Pour les paraphraser “Renvoyer dos à dos bourreaux et victimes est un procédé rhétorique bien connu qui permet de relativiser les crimes de l’agresseur“, faire de certains bourreaux des victimes est un procédé rhétorique qui permet de relativiser les crimes de… Alors, pour conclure leur texte fondé sur un jugement divin, ils assènent au blogueur libanais, musulman, une leçon de “christianisme”, avec leur poutre-paille – ce qui fait rire jaune, quand on mesure l’état de leurs yeux… Ils en viennent à la géopolitique, pour tenter d’écraser, enfin, l’infâme El Khal : “Monsieur el Khal peut-il nous donner son avis d’expert sur cette question : si la diffusion de ces images sert à préparer les esprits en vue d’une attaque, pourquoi l’Occident n’est-il pas intervenu militairement quand il en a eu l’occasion, à l’été 2013, lorsque le régime syrien a bombardé la population de la Ghouta au gaz sarin ? Pourquoi les USA, les Anglais et les Français n’ont-ils pas saisi l’opportunité en or de cette intervention offerte par le régime ayant dépassé la ligne rouge fixée par Barack Obama — intervention qui se serait faite avec l’approbation de toute l’opinion internationale à ce moment ? Pourquoi encore, alors qu’il y a un an les médias français tenaient le même discours sur Bachar el Assad qui dévastait Alep, la France n’est-elle donc pas intervenue ? Cela fait-il 7 longues années que « les puissances occidentales  » nous préparent psychologiquement à une intervention en Syrie qui ne vient toujours pas ? ” La partie de ce texte présuppose, gravement, que les Etats occidentaux ne seraient pas intervenus en Syrie, alors qu’ils l’ont fait, en soutenant des islamistes – et ils le font encore. Ensuite, si ces Etats ont finalement renoncé à une intervention de leurs armées, c’est qu’ils ne l’ont pas pu – sinon, on sait que recommencer le crime commis contre la Libye ne les aurait pas du tout gêné. Le soutien russe, iranien, voire chinois, à la Syrie, les a également fait réfléchir. Depuis quand les Etats occidentaux interviennent-ils pour protéger les peuples et pas les asservir ? ! “Lundi matin” diffuse donc des textes à la BHL et autres voyous. Non, les “puissances occidentales” n’ont pas abandonné le peuple syrien. Elles ont attaqué ce peuple, aidé à son massacre, à la destruction de ces villes. Oui, le gouvernement israëlien, fasciste, ses dirigeants militaires, ont additionné saloperies sur saloperies, dans cette région. Cela va t-il jusqu’à aider Daesh ? Nous, nous ne le dirons pas. Nous savons que certains le disent, disent avoir des preuves. Et venant d’un Netanyahou, comment s’étonner, puisque cet individu et ses sbires veulent créer les conditions d’une guerre régionale, voire planétaire, puisque leur seul carburant, comme les gens de Daesh, c’est la haine envers celles et ceux qui ne se soumettent pas à leur volonté “divine” ? ! Chers amis, frères, palestiniens, vous savez maintenant que “Lundi Matin” est une officine d’escrocs, dont vous devez, là aussi, vous protéger.  Car ils viendront essayer de vous draguer, de vous faire croire qu’ils sont favorables à une “révolution internationale”. Si c’était le cas, ils n’écriraient pas de tels torchons, recopiés désormais dans les casernes de l’OTAN et du Quai d’Orsay. Ils finissent en reprochant à M. El Khal de faire des choix dans la mise en cause des groupes de la Ghouta, alors que c’est ce qu’ils font aussi, eux-mêmes ! Comment s’étonner qu’envers Russia Today, ils tiennent LE MEME DISCOURS que nos médias mainstream : “Quant à la comparaison avec la presse russe, si les médias occidentaux sont souvent contraints éditorialement par les grands magnats de la presse et si les processus sociaux de reproduction des idées vont bon train, on ne saurait décemment comparer cela à la mainmise du Kremlin sur les médias russes et ses offensives sur l’extérieur via Sputnik et Russia Today.” Ils en viennent même à apporter leur caution à l’OSDH en affirmant “Puisque l’on parle de complot, M. el Khal reprend à son compte le vieux mantra de l’extrême-droite selon lequel l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, basé à Londres, ne serait de ce fait qu’un suppôt de l’Occident et falsifierait ses chiffres au bénéfice de l’opposition. Mais l’OSDH est une source qui a été éprouvée par les années et si les journalistes continuent de s’en servir, c’est que les ONG ont systématiquement confirmé par la suite les chiffres fournis par l’OSDH.” : une source “éprouvée”, validée ? ! C’est totalement faux, cette organisation a perdu toute crédibilité depuis longtemps, mais pas pour eux. Et nous, nous sommes d’extrême-droite ? On entend déjà leur rhétorique, pour prétendre faire le lien entre nous et l’extrême-droite. On les attend, déjà, pour rire, et pour démontrer, encore une fois, qu’ils ne sont pas sérieux. Et ils prouvent en assénant que “Comme nous l’avons expliqué, l’absence de combattants de l’ex front al Nosra sur les images s’explique tout simplement parce que ce groupe armé n’est présent actuellement que de façon anecdotique dans la Ghouta.” Les victimes de ces criminels doivent donc savoir que leur mort est anecdotique. Et bien sûr, voir une main qui allie les USA au régime criminel israëlien, c’est “ni plus ni moins qu’adhérer à la théorie du complot américano-sioniste pour la partition du Moyen-Orient“. Leurs bonnes habitudes consistent à s’appuyer sur un énième d’argument d’autorité, la parole d’une professeure. Il y a beaucoup de choses à dire sur ce texte, mais, nous, nous ne renvoyons pas les camps “dos à dos”. La Syrie était un Etat dans lequel les citoyennes et les citoyens, de plusieurs confessions, vivaient, ensemble, pacifiquement. L’Etat syrien n’était pas un modèle – l’Etat français l’est-il ? ! Un Etat voisin a été détruit par les Etats-Unis, dans une guerre illégale, illégitime. Les chiens de guerre américains ont donné vie à d’autres chiens de guerre. Poussés par leur défaite en Irak, ils ont envahi la Syrie. Des “manifestations” disaient vouloir faire changer le régime – comme en Tunisie, en Libye – et, on le sait clairement, des agents étrangers ont agi pour. En Syrie, une guerre civile a été redoublée par une guerre internationale. Des centaines de milliers de civils ont perdu la vie, ou leur maison, et ont dû fuir leur pays. L’armée syrienne a failli être battue – avec quelles conséquences sur toute cette région ? Ce sont les soldats syriens, avec l’aide de, la Russie, l’Iran, l’Hezbollah, etc, qui sont parvenus à renverser la situation, au grand dam des Etats-Unis, Israël, la France, etc. Ces soldats, à n’en pas douter, ont assassiné, ont sans doute commis des crimes de guerre, comme celles et ceux qui ont libéré l’Europe du nazisme, du fascisme, ont parfois, eux aussi, commis des crimes, mais dans quelle proportion, par comparaison avec ceux du nazisme, du fascisme, européens ? Les auteurs de ce texte atteignent enfin le fond, avec leur Titanic, en osant mettre en cause M. El Khal, pour du négationnisme, inspiré de Faurisson et de cette ordure de Darquier de Pellepoix.  En lisant leurs lignes de conclusion, on ne peut que ressentir, contre eux, qu’un profond dégoût, et une colère. Humainement, il faut avoir à faire à de sacrés salauds, pour lire de telles choses. Nous savons que, dans notre pays, des agents étrangers sont présents, agissent. Et du Mossad, combien ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *